Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Vaccination — Wikipédia

Source : Vaccination — Wikipédia


Poster un commentaire

L’hypnose dans les troubles anxieux et phobiques : revue des études cliniques

Résumé

  1. Objectif > L’hypnose est souvent proposée comme une méthode de psychothérapie dans diverses pathologies psychiatriques, notamment en rapport avec le stress et l’anxiété. Sa place au sein des stratégies thérapeutiques des troubles anxieux chroniques reste cependant incertaine. L’objectif de cette revue est donc d’analyser la littérature médicale portant sur l’efficacité thérapeutique de l’hypnose dans les troubles anxieux.
  2. Méthodes > Une recherche bibliographique exhaustive a été réalisée via Pubmed pour identifier les publications originales, entre 1980 et 2015, rapportant des données cliniques sur l’efficacité de l’hypnose dans six catégories de troubles anxieux. Chaque publication a ensuite été analysée au plan méthodologique et des résultats thérapeutiques.
  3. Résultats > Seulement trois essais contrôlés ont été identifiés au total, un dans le trouble panique et deux dans l’état de stress post-traumatique (ESPT). Les autres articles portent sur des études ouvertes (4 articles), ou sur des cas uniques (20 articles). L’étude réalisée dans le trouble panique conclut à l’absence d’efficacité de l’hypnose associée à la thérapie comportementale et cognitive, de même qu’un des essais réalisés dans l’ESPT. Seule une étude effectuée chez 48 enfants indonésiens souffrant d’ESPT suggère l’efficacité d’une technique particulière d’hypnose adaptée
    à la culture locale. Les autres articles signalent des résultats positifs dans des études en ouvert ou dans des rapports de cas, mais leurs conclusions peuvent difficilement être généralisées.
  4. Conclusion > Les données de la littérature sont actuellement négatives ou insuffisantes pour attester de l’efficacité thérapeutique de l’hypnose dans les troubles anxieux chroniques, et cela quelle que soit la catégorie considérée (phobies, ESPT, etc.). Des études spécifiques seraient nécessaires pour déterminer d’éventuels profils de patients répondeurs aux méthodes d’hypnose dans ces pathologies.

Référence

Pelissolo A. L’hypnose dans les troubles anxieux et phobiques : revue des études cliniques. La Presse médicale 2016;45(83):284-290 http://dx.doi.org/10.1016/j.lpm.2015.12.002

État de stress post traumatique

Poster un commentaire

  Expert : Dr Pierre SALTEL,psychiatre

jeudi 19/05/2016 à partir de 19h00

SEPR 46 rue du Pr Rochaix – 69003 Lyon

référence programme : 14611500001

Bibliographie


Poster un commentaire

Soins palliatifs : souffrir ou mourir, faut-il choisir ?

N’a-t-on que l’alternative du choix terrible entre l’acharnement thérapeutique maintenant désigné sous le terme d’obstination déraisonnable et l’euthanasie ? Il existe une loi, la loi Leonetti du 22 avril 2005 sur les droits des patients en fin de vie.

Chacun s’accorde à dire que c’est une bonne loi mais on constate qu’elle est mal connue à la fois du public et des médecins. Cette loi dont ont dit qu’elle permet le « laisser mourir » mais interdit le « faire mourir » a des fondements éthiques qu’il est indispensable de connaître pour la comprendre et rappelle par ailleurs dans plusieurs articles l’obligation de mettre en œuvre des soins palliatifs et d’accompagnement adaptés pour chaque situation.

Ceci implique que le médecin généraliste doit pouvoir proposer à son patient en situation de fin de vie les soins appropriés à son état, de respecter ses choix et les mettre en œuvre à domicile si c’est son souhait.

A l’issue de la formation, le professionnel devra être capable de :

  • appliquer la loi Leonetti en refusant l’obstination déraisonnable, en distinguant les situations nécessitant un arrêt des soins ou une sédation des situations d’euthanasie ou d’aide à mourir
  • soulager efficacement la douleur des patients (évaluation de la douleur, distinction des différents types de douleurs, connaissance des différents antalgiques et des paliers de l’OMS, utilisation de la morphine avec la titration et la possibilité de rotation des opioïdes…)
  • traiter les autres symptômes rencontrés en situation palliative et en phase terminale (symptômes digestifs, respiratoires, cutanés, neuropsychiques…)

* former une équipe avec les intervenants du domicile et recourir si besoin au service des réseaux de soins palliatifs (pluridisciplinarité et connaissance de l’organisation des soins palliatifs sur le territoire)

vendredi 24 & samedi 25 juin à l’Axotel Perrache 12 rue Marc-Antoine Petit 69002 Lyon

Experts

  • Dr Jacques CHRETIEN, médecin de soins palliatifs, membre de la SFAP
  • M. Jacques RICOT, philosophe et auteur d’ouvrages sur la fin de vie

Inscription sur www.mondpc.fr, éférence programme : 26971600001 session 1

Télécharger le bulletin d’inscription