Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes

Analyse de la participation au Développement Professionnel Continu des médecins remplaçants aquitains

Poster un commentaire

Introduction : le développement professionnel continu (DPC) des médecins français, entré en vigueur en 2013, a évolué en 2016 après des débuts mouvementés. Les médecins remplaçants sont une population méconnue, en constante augmentation depuis 2009. Leur participation à la formation continue a été très peu étudiée.

Objectif : le but de cette enquête était d’analyser la participation au DPC et, plus généralement, à la formation continue des médecins remplaçants aquitains.

Méthode : une enquête transversale descriptive par questionnaires informatiques et postaux, en deux temps, a été diffusée aux médecins remplaçants aquitains, toutes spécialités confondues. Le 1er questionnaire comprenait des questions sur les caractéristiques démographiques, l’activité médicale et la formation continue. Il a été diffusé du 8 juillet au 5 octobre 2016 via une mailing list autogérée par de nombreux remplaçants aquitains (728 membres), et par l’intermédiaire des Conseils départementaux de l’Ordre des médecins aquitains (1405 remplaçants), jusqu’au 6 décembre 2016. Le 2e questionnaire, concernant exclusivement la formation continue, a été diffusé entre le 29 juin et le 17 juillet 2017 via la même mailing list (920 membres fin juin 2017).

Résultats : 180 réponses au 1er questionnaire et 84 réponses au second constituent les 2 échantillons de l’enquête. 90,6 % des répondants déclaraient une activité de formation continue. La participation au DPC allait de 10,7 à 21,4 % pour le DPC, de 27,4 à 62,8 % pour la formation médicale continue (FMC) traditionnelle. Les activités formatives les plus utilisées étaient la lecture (presse, recommandations) et l’enseignement formel. La participation à l’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) variait entre 14,7 et 27 %. L’âge, l’expérience, la soutenance de la thèse, la parentalité, l’abonnement à une revue médicale, l’exercice ambulatoire et libéral, ainsi que le fait d’être déjà engagé dans la formation continue favorisaient la participation à cette-dernière. Le manque de temps et d’information, ainsi que des questions d’accessibilité et de coût étaient les principaux freins.

Conclusion : les médecins remplaçants aquitains participaient pour la plupart à la formation continue. Les plus jeunes, mal informés, plus instables, et non thésés pour la moitié d’entre eux participaient moins que leurs aînés.

Source : Analyse de la participation au Développement Professionnel Continu des médecins remplaçants aquitains

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s