Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes

Le dépistage comme outil de prévention de la désinsertion professionnelle dans le cadre des visites d’information et de prévention ?

Poster un commentaire

Prévenir la désinsertion professionnelle est un enjeu majeur de Santé Publique. Les modalités du suivi individuel périodique de Santé au Travail (hors surveillance renforcée) viennent d’être modifiées par la Loi dite Travail (au 01/01/17). Sont instaurés : des visites d’information et de prévention (VIP) avec délégation aux infirmiers de Santé au Travail (IDEST), l’espacement de la périodicité à 5 ans maximum, et la suppression de l’aptitude qui était jusqu’alors perçue comme la finalité de ces rendez-vous de santé.

Objectifs. -Interroger le contenu de ces VIP est un préalable nécessaire à la mise en place de protocoles. Nous avons voulu savoir si les différents dépistages « traditionnellement » réalisés chez des sujets asymptomatiques lors des visites périodiques avaient encore une place et surtout un rationnel de type evidence-based medicine et si leurs réalisations pouvaient présenter un intérêt dans la prévention de la désinsertion professionnelle.

Méthodes. -Une recherche bibliographique a été effectuée sur Medline et dans les bases de données des principaux organismes publiant des recommandations de dépistage en population générale et soins primaires (HAS, USPSTF, GCSSP et collaboration Cochrane). Pour le domaine professionnel, les recherches de recommandations de dépistage ont été effectuées sur les sites internet des principaux organismes de Santé au Travail.

Résultats. -Les dépistages recommandés en population générale en l’absence de facteur de risque sont limités (mesure de la pression artérielle, calcul de l’IMC…). Certains le sont dans le cadre de programmes spécifiques (cancers du sein, du colon), d’autres chez des groupes de sujets identifiés comme à risque (diabète de type 2, anévrysme de l’aorte abdominale, …) et certains font l’objet d’une recommandation négative (sténose carotidienne, cancers de la thyroïde…). Les recommandations entre les différents pays peuvent être divergentes (cancer broncho-pulmonaire, mélanome ou VIH). En Santé Travail, le champ des recommandations de dépistage concernant les individus exposés à des risques particuliers se limite surtout au travail de nuit, à la rhinite allergique et à l’asthme professionnel ainsi qu’aux substances psychoactives.

Conclusion. -L’applicabilité des dépistages au cours des VIP est limitée par différents facteurs (tests spécialisés, faisabilité, coût…) et les recommandations recensées apportent peu d’éléments sur la périodicité à instaurer. Ceux qui sont recommandés et disponibles doivent être appliqués et concernent notamment les maladies cardiovasculaires. Une détection précoce peut participer au processus de prévention de la désinsertion professionnelle induite par ces pathologies. Il est important que d’autres recommandations en Santé Travail soient produites afin d’harmoniser les pratiques et d’optimiser l’efficience des VIP.

Source : Le dépistage comme outil de prévention de la désinsertion professionnelle dans le cadre des visites d’information et de prévention ?

Cf action DPC du samedi 2 décembre 2017: Lombalgie chronique & prévention de l’invalidité

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s