Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Ce que je sais, c’est que je ne sais rien… mais pourquoi ? JIM.fr

… Réfléchissant à un sujet proche, soit la façon d’éviter que les polémiques (parfois déguisées en controverses) ne conduisent à nier la science, Bassem Hassan (neuroscientifique directeur de l’équipe Développement du cerveau à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière, ICM) et Alexandra Auffret (neuroscientifique et directrice des affaires scientifiques et médicales de l’ICM) considèrent qu’une des clés serait une plus grande implication des scientifiques.

Les deux spécialistes proposent en préambule de rappeler les différences fondamentales entre controverse et polémique.

« Une controverse est un processus fondamentalement sain qui conduit à l’explication scientifique des choses (…). Une polémique, en revanche, est un processus destructeur qui n’aboutit qu’à une impasse (…). Une polémique naît souvent de la déformation idéologique d’un débat ou d’une controverse scientifique, à desseins politiques ou économiques. Le processus d’une polémique implique souvent de discréditer les scientifiques, affirmer qu’ils ont des conflits d’intérêts et créer une guerre d’information hypermédiatisée. Ceux qui sont à la poursuite de telles polémiques habillent souvent leurs discours d’un verbiage scientifique pour donner une légitimité superficielle à leur propagande pseudoscientifique. Par comparaison à une controverse, l’objectif principal d’une polémique est d’être le terreau de l’obscurantisme. Les doutes ne conduisent pas qu’à la curiosité scientifique mais aussi à la peur. Nous sommes témoins ici d’un cercle vicieux freinant le progrès et une action publique rationnelle » analysent les deux auteurs…

Source : JIM.fr – Ce que je sais, c’est que je ne sais rien… mais pourquoi ?


Poster un commentaire

La HAS confirme son avis défavorable à l’introduction du vaccin antipneumococcique Synflorix* dans la stratégie vaccinale de l’enfant | APMnews

la Haute autorité de santé (HAS) confirme ne pas recommander l’introduction du vaccin Synflorix* (GlaxoSmithKline -GSK) contre les infections à pneumocoques dans la stratégie vaccinale de l’enfant âgé de moins de 5 ans…

Source : APMnews – La HAS confirme son avis défavorable à l’introduction du vaccin antipneumococcique Synflorix* dans la stratégie vaccinale de l’enfant


Poster un commentaire

Vaccination : quelles obligations et quelles responsabilités pour les professionnels de santé ? | MACSF

Quel est le rôle du praticien dans la couverture vaccinale de ses patients ?

Dans quels cas sa responsabilité peut-elle être engagée et quelles sont les obligations prévues par le Code de la santé publique et la réglementation dans ce domaine ?

Retrouvez toutes les réponses à vos questions dans ce dossier spécial consacré à la vaccination.

Source : Vaccination – MACSF Exercice Professionnel


Poster un commentaire

La FDA autorise le premier dispositif médical utilisant l’IA pour dépister la rétinopathie diabétique | Tic pharma

La Food and Drug Administration américaine a donné son feu vert, le 11 avril, à la mise sur le marché d’un premier dispositif médical utilisant l’intelligence artificielle (IA), en l’occurrence pour dépister, à partir d’une photo, une déficience visuelle causée par le diabète: la rétinopathie diabétique.

Cette pathologie, qui touche 50% des patients diabétiques de type 2, est provoquée par des taux de glycémie élevés qui endommagent les vaisseaux sanguins de la rétine. En France, elle est la première cause de cécité avant 65 ans, selon la Fédération française des diabétiques (FFD).

Source: TICpharma.com


Poster un commentaire

Signaler à l’Agence nationale du DPC une anomalie ou un comportement irrégulier | Le Généraliste

Depuis sa mise en place, il y a un an et demi, l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC) a décidé de serrer la vis sur la qualité du DPC. Plus de contrôles sur les organismes agréés, les formations proposées etc.

L’ANDPC franchit aujourd’hui une nouvelle étape en lançant sur son site internet un espace permettant à toute personne d’alerter d’un dysfonctionnement dans le déroulement d’une action de DPC ou dans les pratiques d’un organisme de DPC.

Source : Signaler à l’Agence nationale du DPC une anomalie ou un comportement irrégulier


Poster un commentaire

Accompagner l’enfant souffrant d’un trouble du spectre autistique | Lorie Lathion

Accompagner l’enfant souffrant d’un trouble du spectre autistique : facteurs de stress et stratégies de coping adoptées par les mères : revue de la littérature…

Source : Travail de Bachelor Soins infirmiers Accompagner l’enfant souffrant d’un trouble du spectre autistique – RERO DOC


Poster un commentaire

Attentes des jeunes médecins généralistes sur la Formation Médicale Continue | Marine Guével

Contexte : La formation continue des médecins est un devoir déontologique ancien, et en perpétuelle évolution. Elle a récemment été marquée par l’apparition du Développement Professionnel Continu (DPC). Les jeunes médecins généralistes qui passent leur thèse d’exercice expérimentent la transition entre leur formation initiale et la Formation Médicale Continue (FMC). Cette sous-population de jeunes médecins généralistes présente des particularités : modification de leur choix d’exercice de la médecine, place du numérique, qui pourraient influencer leurs attentes concernant la FMC.

Objectif : Isoler les attentes spécifiques des jeunes médecins généralistes en termes de FMC (contenu et caractéristiques pratiques).

Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative descriptive par entretiens individuels semi-dirigés auprès de jeunes médecins généralistes du Languedoc-Roussillon, ayant validé leur thèse entre 2010 et 2015, analysés selon une approche inductive.

Résultats : Onze médecins ont été interrogés entre juin et octobre 2016. La FMC représente une attente forte des jeunes médecins généralistes qui plébiscitent la forme présentielle favorisant l’interaction avec leurs pairs. Les formes non-présentielles, en particulier grâce aux outils numériques, leur permettent d’optimiser leur temps consacré à la formation. Ils attendent une formation qui présente des qualités scientifiques, et considèrent comme gênante la présence des laboratoires pharmaceutiques. Ils souhaitent bénéficier d’une indemnisation pour leur participation à ces formations. Ils déclarent méconnaître l’organisation du système de formation continue et souhaiterait un système centralisé avec une communication plus efficace.

Conclusion : Une meilleure communication sur les modalités de la FMC et du DPC actuelles, un cahier des charges de qualité, et une diversité des supports avec une place pour les outils numériques pourraient améliorer la participation des jeunes médecins généralistes à la FMC

 

Source : Thèse 2017 Portail documentaire – BIU de Montpellier