Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Autisme de l’enfant – Rester en alerte pour dépister au plus tôt | HAS

Les premiers signaux d’alerte des troubles du spectre de l’autisme (TSA) chez un enfant sont souvent repérés en premier lieu par les parents. Un diagnostic précoce étant essentiel pour agir au plus vite de façon adaptée, les médecins généralistes et les pédiatres sont les acteurs clés pour établir un premier bilan et initier les premières actions. Depuis février 2019, ils ont désormais la possibilité de réaliser une consultation dédiée, remboursée 60 euros, pour favoriser le repérage en cas de suspicion de TSA.

Pour aider les professionnels à accélérer les étapes jusqu’au diagnostic, la HAS a publié des recommandations sur le TSA, les signes d’alerte, le repérage et le diagnostic chez l’enfant et l’adolescent. Témoignages* de médecins et de parents impliqués dans cette problématique.

Source : Haute Autorité de Santé – Autisme de l’enfant – Rester en alerte pour dépister au plus tôt 12/02/2019


Poster un commentaire

22q11 et autisme | JIM.fr

Décrit en 1968 par le pédiatre américain Angelo DiGeorge (1921-2009), et lié à une micro-délétion chromosomique (portant sur la zone q11.2 du chromosome 22), le syndrome vélo-cardio-facial de DiGeorge associe des anomalies de la bouche (troubles de la déglutition, fente vélo-palatine), des […]

Source : JIM.fr – 22q11 et autisme


Poster un commentaire

Un médecin doit-il continuer à se former ? | egora.fr

Si un médecin a une obligation de moyens envers son patient, il a le devoir de s’informer des progrès de la médecine afin de délivrer des soins conformes aux données acquises ou actualisées de la science.

Selon l’article R.4127-11 du Code de la santé publique, « tout médecin entretient et perfectionne ses connaissances dans le respect de son obligation de développement professionnel continu ».

Source : Un médecin doit-il continuer à se former ? | egora.fr


Poster un commentaire

Repérage de l’autisme : le médecin généraliste peut dorénavant effectuer une consultation longue à 60 euros | egora.fr

Depuis le 11 février 2019, les médecins généralistes et les pédiatres ont la possibilité, en cas de suspicion d’autisme, de réaliser une consultation longue, remboursée 60 euros par l’assurance maladie.

Cette consultation vise à favoriser le repérage et la prise en charge précoce de ce trouble, pour limiter les complications et le risque de handicap.

Source : Repérage de l’autisme : le médecin généraliste peut dorénavant effectuer une consultation longue à 60 euros | egora.fr


Poster un commentaire

Le Conseil d’État publie la jurisprudence commentée des statuts types des associations et fondations | HOSPIMEDIA

Exempts de toute modification depuis 1991 et 2012 respectivement, les statuts types à la création d’associations et fondations reconnues d’utilité publique ont fait l’objet d’une révision le 6 août dernier par le ministère de l’Intérieur après approbation par le Conseil d’État le 19 juin (documents à télécharger ci-dessous). Objectif alors avancé : « rendre la création d’associations et fondations reconnues d’utilité publique plus simple et plus souple« , rappelle le Conseil d’État. Cinq mois plus tard, la haute juridiction poursuit la démarche en rendant publics ses recueils de jurisprudence commentée…

Source : Hospimedia 11/01/2019


Poster un commentaire

HTA : recommandations sur les spécificités de la prise en charge chez la femme | egora.fr

À l’occasion des 38èmes Journées de l’hypertension artérielle qui se déroulent à Paris (13 et 14 décembre 2018), la Société française d’hypertension artérielle (SFHTA) publie ses dernières recommandations, qui sont spécifiquement dédiées à la prévention et à la prise en charge de l’HTA chez la femme.

Inscrivez-vous à l’action DPC « Facteurs de risque cardiovasculaire du jeudi 23/01/2019) » organisée par les Jeudis de l’Europe en partenariat avec l’Unaformec RA

Source : HTA : recommandations sur les spécificités de la prise en charge chez la femme | egora.fr


Poster un commentaire

Intimidation et violence sur le lieu de travail en tant que facteurs de risque de maladie cardiovasculaire | coeur.net

Conclusion: Ainsi, non seulement une intimidation mais aussi un fait de violence sont assez fréquents en milieu professionnels, avec environ une personne active sur 10 qui en est victime. Ces agressions chroniques ou aiguës sont associées à une augmentation des maladies CV. Ceci devrait inciter le clinicien à recueillir de façon systématique lors de l’anamnèse l’existence de tels faits. Enfin, au même titre que la prévention du tabagisme ou de l’hypertension artérielle par exemple, une prévention spécifique devrait être mise en place à l’échelon individuel et collectif : c’est-à-dire, par une mobilisation des sociétés savantes et des organismes nationaux de prévention des maladies CV, et aussi, par une sensibilisation des acteurs plus directement concernés par la santé au travail, comme les médecins du travail ou de prévention. Une étude de même nature serait intéressante à effectuer dans d’autres pays européens avec des modèles de société différents, et en particulier en France.

Source : Coeur – Le site de la Cardiologie 18/12/2018

Inscrivez-vous à l’action DPC « Facteurs de risque cardiovasculaire » du jeudi 23 janvier 2019 proposée par les Jeudis de l’Europe en partenariat avec l’Unaformec RA