Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes


Poster un commentaire

AG2R La Mondiale veut booster les start-up d’e-santé | TICsante.com

Le groupe de protection sociale AG2R La Mondiale, par le biais de sa mutuelle Viasanté, et son partenaire IoT Valley -le cluster toulousain de start-up spécialisées dans l’internet des objets (IoT)- lancent un appel à candidatures auprès de start-up d’e-santé.

Pour rappel, à l’automne 2016, AG2R La Mondiale avait fait un premier pas dans le monde de la santé connectée avec le lancement de son kiosque d’applications mobiles de santé labellisées par la société Medappcare. L’idée était alors d’orienter les patients dans leur choix d’application mobile d’e-santé.

Source: TICsante.com


Poster un commentaire

Anxiété, dépression et addiction liées à la communication numérique

L’article cherche à mieux comprendre les affects négatifs liés aux usages intensifs des technologies de communication numérique : dépendance et « addiction » à Internet, symptômes dépressifs et anxiétés associés aux réseaux sociaux et à la pratique du multitâche médiatique, peur de « rater quelque chose » (FOMO), perception de signaux fantômes stressante et nomophobie liée au smartphone. Dans une perspective transdisciplinaire, l’article analyse les processus psychologiques et psychosociaux, effets et déterminants majeurs des phénomènes impliquant affects négatifs et usages intensifs de la communication numérique. Il ouvre, enfin, de nouvelles perspectives et hypothèses de recherche.

Source : Anxiété, dépression et addiction liées à la communication numérique


Poster un commentaire

Communication par courriel entre médecins généralistes et patients : enquête exploratoire qualitative | Thèse 2017

Introduction : l’utilisation du courriel dans la communication entre médecin généraliste (MG) et patient est largement décrite dans la littérature anglo-saxonne. Son utilisation en France reste restreinte malgré des avantages intéressants. Nous avons voulu par cette étude préciser les freins à son développement du point de vue des MG et des patients, et relier ces résultats à l’utilisation qui en est faite par les patients.

Méthode : enquête qualitative auprès de 9 médecins généralistes ayant une expérience limitée du courriel, 9 patients utilisant communément le courriel avec leur MG, et 9 ne l’utilisant pas ; par entretiens semi-dirigés suivis d’une analyse par découpage thématique.

Résultats : les craintes d’une surcharge de travail, non rémunérée, un cadre légal mal défini et la difficulté de sécuriser les échanges freinent principalement les MG. Elles sont partagées par les patients, qui font attention à leurs demandes, en quantité et en qualité. Les usages faits par les patients sont essentiellement des suivis de maladie chronique (adaptation de traitement, prescription de bilans), les médecins le réservant plus à de l’administratif. Les avantages communs perçus sont la diminution du nombre de consultation. Les patients ont souligné la praticité de l’outil, et le fait de se sentir plus proche de leur médecin.

Conclusion : le courriel est un outil avantageux dans la relation entre un MG et son patient. Il pourrait dégager du temps aux MG, à condition que le cadre législatif soit précisé, qu’une messagerie sécurisée soit mise en place, et qu’une rémunération soit proposée.

Source : Catalogue SUDOC


Poster un commentaire

Hausse du recours aux messageries sécurisées de santé en 2017 | Asip santé

Environ 430.000 messages ont été échangés en 2017 via le l’espace de confiance des messageries sécurisées de santé (MSSanté) promu par l’Agence des systèmes d’information partagés de santé (Asip santé), soit une croissance annuelle de 60%, a indiqué l’agence le fin décembre.

Source: ticsante.com


Poster un commentaire

Publication de la LFSS 2018 au Journal officiel

La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2018, qui prévoit notamment le basculement dans le droit commun du financement des actes de téléconsultation, a été publiée le 31 décembre 2017 au Journal officiel.

Dans le champ du numérique, en plus du financement de droit commun de certains actes de télémédecine, la LFSS prolonge pour quatre ans les expérimentations de financement sur la télésurveillance (voir dépêche du 29 septembre 2017).

La LFSS 2018 comprend aussi de nouvelles modalités de soutien aux « expérimentations organisationnelles innovantes » du système de santé pour une durée qui ne peut excéder cinq ans, avec deux objectifs:

  • « favoriser l’innovation par l’émergence de nouvelles organisations dans les secteurs sanitaire et médico-social concourant à l’amélioration de la prise en charge et du parcours des patients, de l’efficience du système de santé et de l’accès aux soins »
  • « améliorer la pertinence de la prise en charge par l’assurance maladie des médicaments ou des produits et prestations associées et la qualité des prescriptions ».

Source : Publication de la LFSS 2018 au Journal officiel


Poster un commentaire

Des États membres de l’UE vont commencer cette année à s’échanger les données des patients | Univadis

L’infrastructure de communication est fournie conjointement par la Commission européenne et les systèmes nationaux de santé. Dans le cadre de ce nouveau système, lorsqu’un citoyen de l’UE se rend à une consultation médicale non programmée dans un autre pays, il sera possible d’accéder au résumé du patient (directives de l’UE)de la personne.

Source : Des États membres de l’UE vont commencer cette année à s’échanger les données des patients | Univadis


Poster un commentaire

Les objets connectés en santé : état des lieux et exemple du patient diabétique

Le domaine des objets connectés est en plein développement ces dernières années avec la généralisation des smartphones. Le monde de la santé n’échappe pas à cette révolution avec l’émergence d’un très grand nombre de ces objets, définis comme dispositifs médicaux ou comme objets « bien-être ». Dans un milieu qui évolue rapidement, il est important de dresser un état des lieux des réglementations en vigueur et à venir et de répondre à de nouvelles problématiques (éthique, protection des données personnelles, intérêt des professionnels de santé, éventuelles dérives). Les objets connectés considérés comme les plus intéressants et les plus innovants dans le milieu de la santé sont présentés avec en exemple les améliorations que ces dispositifs peuvent apporter dans la prise en charge du patient diabétique.

Source : Les objets connectés en santé : état des lieux et exemple du patient diabétique