Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes


Poster un commentaire

La douleur chronique associée à une accélération du déclin cognitif chez les sujets âgés | mediscoop.net

Les personnes âgées souffrant de douleurs persistantes déclarées à deux ans d’intervalle ont un risque accru de déclin cognitif rapide, lui-même associé à un risque accru de perte d’indépendance dans les dix ans et de démence. C’est ce que montre une étude de cohorte publiée dans JAMA of Internal Medicine.

Source: mediscoop.net


Poster un commentaire

Qui sommes nous ? Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements

Réseau Princeps

Cette initiative, une de plus, une parmi d’autres, s’est construite autour de l’objectif de promouvoir les médicaments les plus utiles et de contribuer à faire reculer les produits inutiles, dangereux et coûteux.

Cette distinction s’est imposée à certains à partir de leurs pratiques, des témoignages de personnes concernées ou vigilantes et à des publications et revues indépendantes, à contre courant des idées et normes dominantes.

Source : Qui sommes nous ? Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements


Poster un commentaire

La non-prescription en consultation de médecine générale : pourquoi et comment, étude qualitative à partir de 3 focus group

La France est le pays européen le plus consommateur de médicament avec 78% des consultations chez le médecin généraliste qui se terminent par une prescription médicamenteuse.

Certaines de ces prescriptions sont celles réalisées pour de mauvaises raisons, elles pourraient être évitées.

La non-prescription est une difficulté quotidienne du médecin généraliste.

Comment répondre aux attentes du patient sans passer par une prescription médicamenteuse non justifiée par la clinique ni par la science ?

Lire la suite


Poster un commentaire

Télésanté, télémédecine en pharmacie et télépharmacie : les nouvelles technologies de l’information et de la communication au service de la santé

Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) révolutionnent la manière de prendre en charge les patients. Elles ont permis l’émergence de la télésanté, de la m-santé, de la télémédecine et de la télépharmacie. Ces nouveaux outils informatiques permettent de s’affranchir de la barrière géographique et d’améliorer la qualité et la sécurité des soins médicaux et des actes pharmaceutiques. Divers outils utilisés quotidiennement sont issus de la télésanté comme le dossier médical partagé ou le dossier pharmaceutique. La m-santé se démocratise et progresse avec l’avènement des Smartphones (téléphones intelligents), mais sans réel contrôle en termes de sécurité et d’efficacité. Les NTIC suscitent beaucoup d’expectatives dans un contexte où le manque de médecin dans certaines régions laisse place à des déserts médicaux, et où la recherche d’efficience de notre système de santé devient un enjeu politique. Le pharmacien d’officine doit trouver sa place et s’adapter à ce nouvel environnement numérique. Pour relever ces défis, la France s’est dotée grâce à la loi HSPT de 2009 d’un cadre légal à l’activité de la télémédecine. De par la répartition harmonieuse des pharmacies sur le territoire français, le pharmacien d’officine peut devenir une porte d’entrée à ces activités de télémédecine. Il possède toute légitimité à accueillir ces activités (comme c’est déjà le cas en Suisse avec le dispositif NetCare) grâce à la loi HSPT qui le reconnait comme un professionnel de santé de premier recours. Mais les activités qui modifieront le plus l’exercice officinal à l’avenir sont celles issues de la télépharmacie (dispensation à distance, conseil à distance, etc.).

Source : Télésanté, télémédecine en pharmacie et télépharmacie : les nouvelles technologies de l’information et de la communication au service de la santé