Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Apnées du sommeil: le télésuivi de l’observance réintroduit dans les modalités de prise en charge | TICsante.com

Les modalités de prise en charge du syndrome d’apnées/hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) par pression positive continue (PPC) ont été actualisées au 1er janvier, selon un arrêté publié samedi 16 décembre 2017, qui prévoit notamment la réintroduction du télésuivi de l’observance thérapeutique.

L’arrêté crée 11 forfaits dont chacun est une déclinaison technique ou tarifaire correspondant à la prescription d’un dispositif médical de PPC pour le traitement du SAHOS.

Le texte décrit ensuite les modalités de prise en charge par l’assurance maladie et les forfaits qui s’appliquent en fonction de chaque situation:

  • nouveau patient de plus de 16 ans
  • patient télésuivi
  • patient non télésuivi qui a accepté le relevé de ses données d’observance
  • patient non télésuivi qui refuse le relevé de ses données d’observance
  • patient télésuivi qui ne souhaite plus être télésuivi
  • patient télésuivi qui ne souhaite plus être télésuivi ni que ses données d’observance soient relevées
  • patient non télésuivi qui souhaite être télésuivi
  • patient, ayant refusé le relevé de ses données d’observance, qui revient sur son refus en demandant à être télésuivi
  • cas particuliers si le patient est hospitalisé
  • patient pédiatrique qui atteint 6 ans
  • patient pédiatrique qui atteint 16 ans
  • changement de prestataire.

Source: TICsante.com


Poster un commentaire

AG2R La Mondiale veut booster les start-up d’e-santé | TICsante.com

Le groupe de protection sociale AG2R La Mondiale, par le biais de sa mutuelle Viasanté, et son partenaire IoT Valley -le cluster toulousain de start-up spécialisées dans l’internet des objets (IoT)- lancent un appel à candidatures auprès de start-up d’e-santé.

Pour rappel, à l’automne 2016, AG2R La Mondiale avait fait un premier pas dans le monde de la santé connectée avec le lancement de son kiosque d’applications mobiles de santé labellisées par la société Medappcare. L’idée était alors d’orienter les patients dans leur choix d’application mobile d’e-santé.

Source: TICsante.com


Poster un commentaire

Anxiété, dépression et addiction liées à la communication numérique

L’article cherche à mieux comprendre les affects négatifs liés aux usages intensifs des technologies de communication numérique : dépendance et « addiction » à Internet, symptômes dépressifs et anxiétés associés aux réseaux sociaux et à la pratique du multitâche médiatique, peur de « rater quelque chose » (FOMO), perception de signaux fantômes stressante et nomophobie liée au smartphone. Dans une perspective transdisciplinaire, l’article analyse les processus psychologiques et psychosociaux, effets et déterminants majeurs des phénomènes impliquant affects négatifs et usages intensifs de la communication numérique. Il ouvre, enfin, de nouvelles perspectives et hypothèses de recherche.

Source : Anxiété, dépression et addiction liées à la communication numérique


Poster un commentaire

Intérêts de l’utilisation des applications d’alertes polliniques sur smartphone chez les patients atteints d’allergies respiratoires : étude descriptive

L’information des patients atteints d’allergies respiratoires sur le risque pollinique est indispensable dans leur prise en charge. Deux applications d’alerte pollinique pour smartphone utilisent les données du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) pour informer les patients du risque d’exposition aux pollens.

L’objectif de cette étude était d’évaluer l’utilité de ces applications en étudiant les variations des symptômes pendant la saison pollinique et en analysant les expériences des patients avec ces applications.

Cette étude monocentrique, prospective a été menée entre février et juillet 2017 à Toulouse, sur les patients adultes atteints de rhinite et d’asthme allergiques, sensibilisés aux pollens. L’évolution des symptômes allergiques a été évaluée par des questionnaires hebdomadaires pendant 11 semaines de suivi. Un questionnaire semi-ouvert à la fin d’étude a permis d’analyser l’expérience des patients avec l’utilisation des applications. Onze patients (âge moyen 26 ans ± 4 ans) ont été inclus et suivis pendant 107 jours +/- 35 jours en moyenne. La majoration des symptômes rapportés par les patients et de la prise médicamenteuse correspond à l’augmentation des concentrations de pollens dans l’air. Les patients n’ont pas utilisé les applications plus souvent pendant la période du pic pollinique. Le degré de contrôle des symptômes (score CARAT à 24 ± 4 contre 20 ± 4) et le retentissement sur la qualité de vie étaient meilleurs en début d’étude qu’à la fin.

Les applications d’alerte pollinique pourraient être un bon outil moderne, fiable et facile d’accès pour informer les patients sur le lien entre les symptômes et la pollinisation. Pour certains patients, cette source d’informations pourrait améliorer leur symptomatologie allergique.

Source : Intérêts de l’utilisation des applications d’alertes polliniques sur smartphone chez les patients atteints d’allergies respiratoires : étude descriptive


Poster un commentaire

Big Data: quand le risque de mortalité se mesure au thermomètre | Univadis

Il existe des variations significatives de la température corporelle selon les individus, indépendamment des erreurs de mesure et des facteurs environnementaux…

Très peu de données longitudinales existent quant à l’impact de cette variabilité interindividuelle en termes de santé. Il semble que les « big data » soient capables de faire émerger de nouvelles connaissances dans ce domaine…

Source : Quand le risque de mortalité se mesure au thermomètre | Univadis


Poster un commentaire

Les objets connectés en santé : état des lieux et exemple du patient diabétique

Le domaine des objets connectés est en plein développement ces dernières années avec la généralisation des smartphones. Le monde de la santé n’échappe pas à cette révolution avec l’émergence d’un très grand nombre de ces objets, définis comme dispositifs médicaux ou comme objets « bien-être ». Dans un milieu qui évolue rapidement, il est important de dresser un état des lieux des réglementations en vigueur et à venir et de répondre à de nouvelles problématiques (éthique, protection des données personnelles, intérêt des professionnels de santé, éventuelles dérives). Les objets connectés considérés comme les plus intéressants et les plus innovants dans le milieu de la santé sont présentés avec en exemple les améliorations que ces dispositifs peuvent apporter dans la prise en charge du patient diabétique.

Source : Les objets connectés en santé : état des lieux et exemple du patient diabétique


Poster un commentaire

Intelligence Artificielle et médecins : alliés ou concurrents ? | Univadis

L’Intelligence Artificielle (IA) englobe des modèles mathématiques qui utilisent plusieurs algorithmes pour identifier les relations non linéaires complexes à partir de grands ensembles de données (Big Data). Plus l’ensemble des données est grand, plus il est facile pour les machines d’apprendre et donc de gagner en fiabilité. Malgré cela, la confiance dans les modèles prédictifs ne peut jamais atteindre les 100%, comme pour la pensée humaine, d’où l’intérêt d’une collaboration synergique.

Source : Intelligence Artificielle et médecins : alliés ou concurrents ? | Univadis