Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes


Poster un commentaire

Étude des dysfonctionnements interprofessionnels entre médecins généralistes et autres professionnels de santé libéraux : pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes et infirmiers | Philippe Siebert

L’amélioration de la coopération entre professionnels de santé autour du patient est indispensable pour que le parcours de soin soit plus efficient. Le but de ce travail est d’identifier un certain nombre de difficultés issues de la relation interprofessionnelle entre médecins généralistes et infirmiers, pharmaciens et masseurs kinésithérapeutes par l’analyse de réunions de FMC pendant dix-huit mois en Moselle, puis de proposer des pistes contribuant à améliorer les coopérations entre professionnels de santé libéraux.

L’étude réalisée est une enquête qualitative, observationnelle, basée sur un recueil de données lors de réunions d’inter formation organisées par l’AMMPPU.

Au total, 137 problématiques et 186 pistes d’amélioration ont été relevées au cours de 17 réunions. En regroupant les dysfonctionnements et en les analysant, nous retrouvons six thèmes :

  • la méconnaissance des autres professions, des indications et règles de prescription ;
  • les difficultés et moyens de communication ;
  • le rôle propre des professionnels de santé ;
  • le suivi, la réévaluation et l’observance des patients ;
  • l’aspect médicolégal et les autres dysfonctionnements avec notamment ceux spécifiques à chaque profession.

Mieux comprendre les compétences des autres professions, les indications et les règles de prescription pour chaque acte est une condition incontournable à une meilleure coopération. Il faut déterminer quel moyen de communication est le plus adapté en fonction de son correspondant. Les nouveaux modes de communication apporteraient une avancée certaine dans le domaine. La promotion du rôle propre, de la responsabilisation des différents professionnels et du suivi pluridisciplinaire des patients, permettrait de faire face, dans une certaine mesure, au problème démographique médical actuel. Enfin, alimenter un dossier de soins, avec les données essentielles et indispensables est un acte incontournable de coordination des soins.

Source : Thèse 2017


Poster un commentaire

Charte des AT/MP

La charte des AT/MP s’adresse aux différents acteurs intervenant dans la gestion des risques professionnels. C’est un guide de bonnes pratiques qui se présente comme un recueil de fiches thématiques ayant vocation à répondre aux questions récurrentes des caisses primaires et des services médicaux.

Source: Ameli – Risques professionnels


Poster un commentaire

La prise en soins de l’enfant victime ou suspecté victime de maltraitance | A.M.U.B.

Viser l’excellence dans la prise en soins de l’enfant maltraité et de sa famille ne peut se réaliser qu’avec un engagement entier et concerté des mondes scientifique, sociaux et judiciaire. Un bref historique de l’évolution du statut de l’enfance dans nos sociétés occidentales servira d’introduction au sujet de la maltraitance infantile. Cette clinique sera abordée essentiellement dans sa dimension systémique et interrogera la place de l’enfant dans le système familial et plus généralement sociétal. La complexité de l’intervention clinique liée à l’intrication de dimensions diverses, protectionnelles, déontologiques, thérapeutiques, culturelles, etc. nous amènera à prendre en compte certains principes de précaution utiles pour le soignant. Nous terminerons en présentant le dispositif de soins propre à la Fédération Wallonie-Bruxelles (FW-B) à savoir celui des équipes SOS Enfants et les modalités pratiques d’intervention de ces professionnels.

Source : La prise en soins de l’enfant victime ou suspecté victime de maltraitance | A.M.U.B. Rev Med Brux 2017 ; 38 : 214-7


Poster un commentaire

La recertification périodique marque des points | Le Quotidien du Médecin

Si les médecins ont l’obligation déontologique de se former, le développement professionnel continu (DPC) actuel, héritier de la FMC, se révèle insuffisant pour garantir la qualité et la sécurité des soins tout au long de l’exercice. Le chantier de la recertification a été relancé et fait son chemin, même si la profession se montre très vigilante.

Source : La recertification périodique marque des points


Poster un commentaire

LiSSa : Littérature Scientifique en Santé

La base de données bibliographiques LiSSa est en ligne !

C’est une base de données bibliographiques référençant de très nombreux articles scientifiques en français dans le domaine de la Santé.
LiSSa est l’équivalent de PubMed pour la langue française et le monde francophone.
Il contient près de 900 000 articles provenant d’une part des articles en français de PubMed, mais aussi de nombreuses revues d’Elsevier (membre de notre consortium de recherche), y compris l’Encyclopédie Médico-Chirurgicale.
LiSSa permet d’accéder à 100 000 résumés en français, qui ne sont pas disponibles dans PubMed.
LiSSa prend la suite de la base de données Pascal qui a arrêté ses mises à jour en 2014.
LiSSa est disponible gratuitement pour l’ensemble de la communauté francophone des professionnels de santé.

Lien: LiSSa : Littérature Scientifique en Santé


Poster un commentaire

Communication par courriel entre médecins généralistes et patients : enquête exploratoire qualitative | Thèse 2017

Introduction : l’utilisation du courriel dans la communication entre médecin généraliste (MG) et patient est largement décrite dans la littérature anglo-saxonne. Son utilisation en France reste restreinte malgré des avantages intéressants. Nous avons voulu par cette étude préciser les freins à son développement du point de vue des MG et des patients, et relier ces résultats à l’utilisation qui en est faite par les patients.

Méthode : enquête qualitative auprès de 9 médecins généralistes ayant une expérience limitée du courriel, 9 patients utilisant communément le courriel avec leur MG, et 9 ne l’utilisant pas ; par entretiens semi-dirigés suivis d’une analyse par découpage thématique.

Résultats : les craintes d’une surcharge de travail, non rémunérée, un cadre légal mal défini et la difficulté de sécuriser les échanges freinent principalement les MG. Elles sont partagées par les patients, qui font attention à leurs demandes, en quantité et en qualité. Les usages faits par les patients sont essentiellement des suivis de maladie chronique (adaptation de traitement, prescription de bilans), les médecins le réservant plus à de l’administratif. Les avantages communs perçus sont la diminution du nombre de consultation. Les patients ont souligné la praticité de l’outil, et le fait de se sentir plus proche de leur médecin.

Conclusion : le courriel est un outil avantageux dans la relation entre un MG et son patient. Il pourrait dégager du temps aux MG, à condition que le cadre législatif soit précisé, qu’une messagerie sécurisée soit mise en place, et qu’une rémunération soit proposée.

Source : Catalogue SUDOC


Poster un commentaire

Analyse de la participation au Développement Professionnel Continu des médecins remplaçants aquitains

Introduction : le développement professionnel continu (DPC) des médecins français, entré en vigueur en 2013, a évolué en 2016 après des débuts mouvementés. Les médecins remplaçants sont une population méconnue, en constante augmentation depuis 2009. Leur participation à la formation continue a été très peu étudiée.

Objectif : le but de cette enquête était d’analyser la participation au DPC et, plus généralement, à la formation continue des médecins remplaçants aquitains.

Méthode : une enquête transversale descriptive par questionnaires informatiques et postaux, en deux temps, a été diffusée aux médecins remplaçants aquitains, toutes spécialités confondues. Le 1er questionnaire comprenait des questions sur les caractéristiques démographiques, l’activité médicale et la formation continue. Il a été diffusé du 8 juillet au 5 octobre 2016 via une mailing list autogérée par de nombreux remplaçants aquitains (728 membres), et par l’intermédiaire des Conseils départementaux de l’Ordre des médecins aquitains (1405 remplaçants), jusqu’au 6 décembre 2016. Le 2e questionnaire, concernant exclusivement la formation continue, a été diffusé entre le 29 juin et le 17 juillet 2017 via la même mailing list (920 membres fin juin 2017).

Résultats : 180 réponses au 1er questionnaire et 84 réponses au second constituent les 2 échantillons de l’enquête. 90,6 % des répondants déclaraient une activité de formation continue. La participation au DPC allait de 10,7 à 21,4 % pour le DPC, de 27,4 à 62,8 % pour la formation médicale continue (FMC) traditionnelle. Les activités formatives les plus utilisées étaient la lecture (presse, recommandations) et l’enseignement formel. La participation à l’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) variait entre 14,7 et 27 %. L’âge, l’expérience, la soutenance de la thèse, la parentalité, l’abonnement à une revue médicale, l’exercice ambulatoire et libéral, ainsi que le fait d’être déjà engagé dans la formation continue favorisaient la participation à cette-dernière. Le manque de temps et d’information, ainsi que des questions d’accessibilité et de coût étaient les principaux freins.

Conclusion : les médecins remplaçants aquitains participaient pour la plupart à la formation continue. Les plus jeunes, mal informés, plus instables, et non thésés pour la moitié d’entre eux participaient moins que leurs aînés.

Source : Analyse de la participation au Développement Professionnel Continu des médecins remplaçants aquitains