Unaformec Rhône-Alpes

Fédération d'associations de FMC en Rhône-Alpes

Douleur de l’enfant

Expert: Dr Jean Stagnara, pédiatre

Cette formation en soirée associe 2 heures de temps présentiel (de 20h30 à 22h30) à 1 heure de travail à distance (1/2 heure avant et 1/2 heure après).

Mardi 20 juin 2017, à l’Axotel, à partir de 19h00 autour d’un buffet, début de la séance à 19h30 impérative.

Inscription

  • sur le site de l’ANDPC: mondpc.fr
  • chercher l’action avec le numéro: 14611700006

Audit 1

De manière rétrospective, nous vous demandons de répondre aux questions de cette 1ère grille d’audit en vous basant sur les 5 derniers dossiers d’enfants qui ont présenté une douleur.
Si vous ne trouvez pas 5 dossiers de jeunes patients, répondez « NSP ».

Cliquez ici pour vous connecter à l’audit en ligne

Audit 2

A la suite de cette soirée, nous vous demandons de répondre aux mêmes questions d’audit en vous basant sur les 5 prochains dossiers d’enfants qui présentent une douleur.

Si vous ne trouvez pas 5 dossiers de jeunes patients, répondez « NSP ».

Cliquez ici pour vous connecter à l’audit en ligne

Justification

  • La douleur est parfois mal reconnue chez l’enfant, et le médecin doit rechercher les éléments de son origine. Les soins eux-mêmes peuvent être source de douleur. Le choix d’antalgiques est réduit chez l’enfant. Traiter et prévenir la douleur chez l’enfant doit être une décision volontaire quotidienne.
  • La douleur a des conséquences corporelles et psychiques délétères et un retentissement défavorable sur la qualité de vie de l’enfant et de son entourage. Elle entraîne souvent un absentéisme scolaire. Une prise en charge inadaptée de la douleur aiguë favorise son passage à la chronicité ou la mise en jeu de conduites d’évitement.
  • La capacité à percevoir la douleur se développe très précocement et est déjà présente chez les bébés.
  • L’analyse des pratiques aujourd’hui montre que la prise en charge est très inégale et bien souvent inadéquate.
  • La mobilisation, la sensibilisation restent très hétérogènes.
  • Le manque de connaissance et le refus d’admettre la réalité de la douleur provoquée par nos soins persistent trop souvent dans le monde médical.
  • L’évaluation et la prise en charge de la douleur constituent un véritable enjeu de santé publique en tant que critère de qualité. La loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé du 4 mars 2002 reconnaît le soulagement de la douleur comme un droit fondamental de toute personne.
  • Les éventuelles réticences des parents à la prise en charge de la douleur d’un enfant, qu’elles soient d’ordre social, culturel ou religieux, doivent également être entendues et dans la mesure du possible dépassées grâce à des explications adaptées.

Objectifs

A la fin de cette formation, les participants seront capables de :

  • utiliser les outils d’identification propres à la prise en charge optimale de la douleur du nouveau né et du nourrisson, les échelles d’évaluation de la douleur;
  • améliorer les modalités de traitement médicamenteux et l’utilisation des méthodes non pharmacologiques;
  • prévenir la douleur lors d’actes préventifs, diagnostiques ou thérapeutiques.

Programme

  • Phase 1 : non présentielle avec 1ère grille d’audit des pratiques en amont (1/2 h)
    • Avant la formation, il est proposé aux participants de remplir, sur la base des derniers dossiers d’enfant ayant présenté ce symptôme, une grille d’audit des pratiques.
    • Les réponses à cette grille permettront de visualiser les pratiques du participant et du groupe de façon anonyme.
    • A la fin de cette première phase de réflexion, sera demandé au participant une première recherche bibliographique servant de base aux échanges de la deuxième phase.
  • Phase 2 : présentielle sous la forme d’une soirée avec échanges de pratique (2 h)
    • Tour de table avec présentation de l’équipe de formation et des participants, échange sur les difficultés rencontrées lors de cette 1ère phase, retour sur les pratiques.
    • Présentation et discussion autour des réponses aux questions de l’audit
    • Présentation et discussion autour de dossiers apportés par les participants.
    • Avis de l’expert.
    • Mise en situation:
      • recherche et sélection des items pertinents devant figurer dans un message de santé (sous forme d’une plaquette)
      • discussion avec l’expert
      • enrichissement des propositions
      • réflexion sur la mise en pratique de cette plaquette sur le terrain
    • Questions diverses et réponses de l’expert.
    • Synthèse et évaluation.
  • Phase 3 : non présentielle avec 2ème grille de retour des pratiques à distance (1/2 h)
    • Après la formation et à partir du dossier de nouveaux patients, le participant remplira la même grille d’audit de pratique.
    • Il lui sera demandé de laisser, à la fin de cette grille d’audit, des commentaires libres permettant d’améliorer la qualité du message de santé et de la formation.
    • Il pourra à tout moment interpeler l’organisateur par le biais de courriels ou du blog dédié.

Références

  1. Stagnara J. Douleur de l’enfant. 20/06/2017

  2. Finel K. Attitude et ressenti des médecins généralistes dans la prise en charge des douleurs abdominales récurrentes fonctionnelles de l’enfant. Thèse. 2016.

  3. Ros B. Évaluation de la douleur lors de la pose de cathéters épicutanéocaves chez les nouveau-nés prématurés, proposition d’une nouvelle stratégie médicamenteuse pour l’analgésie en néonatologie : la kétamine per os. Mémoire 2016 (visible le 06/04/2018)

  4. Evaluation de la prise en charge des coliques du nourrisson par les médecins généralistes de Midi-Pyrénées

  5. Cottalorda J, Chadli L. Rachialgies de l’enfant. Service d’orthopédie infantile – Hôpital Lapeyronie

  6. Abbott RA, Martin AE, Newlove-Delgado TV, Bethel A, Thompson-Coon J, Whear R, Logan S. Traitement psychosocial des douleurs abdominales récurrentes de l’enfant. Cochrane. Jan 2017

  7. Maillet C. Prise en charge ambulatoire de la douleur aigue nociceptive chez l’enfant en médecine générale : évaluation et traitement. Thèse 19/09/2016